Le Réflexe de Moro, un spectacle ravageur...

Du 15 au 22 septembre au théâtre Le Quai, la compagnie Plateau K présente sa toute dernière création, Le Réflexe de Moro. Un mélodrame poignant évoquant l’extinction du monde et interrogeant notre instinct de protection… Un spectacle à réfléchir, écrit et mis en scène par Alice May et Garance Rivoal.





Préparée depuis deux ans, la 4e création de la Cie Plateau K résonne tragiquement avec l’actualité et les périls qui menacent le monde. Un soir de Noël, une famille se retrouve dans l’appartement d’un couple nouvellement parents, mais autour de cette naissance et des regards de chacun, l’idée d’un effritement du monde fait peu à peu irruption…


Sous couvert d’une histoire a priori banale, Le Réflexe de Moro emmène des réalités prégnantes, les fait dialoguer pour évoquer « notre rapport à l’avenir, aux générations futures, notre rapport à la peur, à l’espoir » raconte la co-metteure en scène Garance Rivoal. Les inquiétudes et perspectives d’avenir s’expriment au travers de « tranches de vie », dans ce qui se dit « à la volée, l’air de rien » poursuit-elle. Mais ce sont bien la mère et son enfant qui agitent le cœur de ce mélodrame, véritable mime du monde en décomposition au twist final bouleversant.


Jouant sur l’inquiétude montante, la compagnie opère « un glissement imperceptible entre la réalité et les prises de conscience ». Elle aborde finalement la question de la dégradation climatique en « la rendant plus intime et en l’articulant à la relation familiale ». Une façon de traiter au détour le déni, la folie collective et l’instinct de protection qui imbibent le sujet.





Écrit à quatre mains par Alice May et Garance Rivoal, Le Réflexe de Moro s’inscrit dans une esthétique cinématographique permettant de visualiser différentes actions simultanément ; les micros HF en cohérence. Le tout au service d’un spectacle qui se veut « émouvant ». Car bien que cette mise en scène cherche à promouvoir ou du moins à questionner d’autres manières d’agir, « nous ne faisons ni sensibilisation ni pédagogie, l’idée est de transmettre un savoir émotionnel, de faire vivre une expérience au spectateur et de le faire réagir » explique Garance Rivoal.


La création est le fruit des préoccupations d’Alice May, militante pour la justice climatique, qui met le doigt sur nos « difficultés à prendre en conscience le réel ». Pour en discuter, un bord plateau en compagnie d’acteurs de la vie associative et militante sera organisé à l’issue de chaque représentation.


Photos : © Josic Jégu + “Moro” © Xavier Thomas // Photo couverture : Garance et Alice © Christophe Martin

théâtre
  • Création : 15/9/2020
  • Mise à jour : 16/9/2020

Ensemble Les Souffleurs

C’est en 2017, à l’initiative d’Aline Bieth (Flûte Douce) que l’Ensemble Les Souffleurs est créé. N’ayant pas de membres fixes, cet...

musique - 17.9.2020

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus