Clara Luciani « mon album ressemble à la vie »

Voix grave, textes ciselés et mélodies chamarrées, Clara Luciani est un nouveau et précieux visage de la chanson française. Avec un seul album, Sainte-Victoire, cette ex du groupe La Femme s’est imposée comme une artiste accomplie, nouvelle référence d’une pop-rock intime et perçante. Elle est l’une des nombreuses têtes d’affiche des Z’Eclectiques d’automne.


Tout au long de votre album Sainte-Victoire, on baigne dans un clair-obscur constant. Etait-ce un effet voulu ?

Absolument. Je voulais que mon album ressemble à la vie et je trouve que ce qui la définit le mieux c’est justement son caractère multiple et insaisissable, ses clairs-obscurs… Rien n’est jamais tout blanc ou tout noir et on oscille d’un sentiment à un autre en permanence.





Dans vos chansons, vous vous livrez largement. L’exercice de l’autobiographie est-il une forme d’exutoire pour vous ?

Il l’est bien sûr. Ma citation favorite est une phrase d’Otto Dix qui dit « tout art est exorcisme ». Dès lors que l’on écrit, on parle toujours de soi, à la première personne ou non, l’exercice de l’écriture révèle beaucoup de nous.


De manière diverse, l’amour est très présent dans votre album. Avez-vous une âme profondément romantique ?

Je suis une grande Amoureuse oui, je pense que c’est l’amour qui donne tout son sens à la vie. L’amour sous toutes ses formes, l’amitié, l’amour filial…


Dans le morceau La Grenade, vous videz littéralement votre sac. Avez-vous parfois l’impression de ne pas être considérée comme une vraie musicienne en tant que femme ?

Non je ne dirais pas ça, mais je me suis souvent senti sous estimée ou perçue comme plus fragile que ce que je ne suis véritablement et j’avais envie de mettre les points sur les i !





Avez-vous le sentiment d’avoir aujourd’hui creusé votre place en tant que femme ou le chemin vous semble encore long ?

J’ai su trouver ma place, je me sens respectée et parfaitement intégrée.


Pensez-vous qu’il faille encore se battre contre les idéaux féminins que projette la société ? De quelle manière ?

En refusant de répondre à tous ces clichés de l’image de la femme, en n’acceptant pas de cumuler toutes les casquettes de femme objet, femme au foyer… et en se contentant d’être soi.


Que ce soit dans vos chansons, dans vos passages sur scènes ou vos interviews, il se dégage chez vous une certaine authenticité. Beaucoup d’humilité et de pudeur qui font du bien dans la surenchère actuelle. Rassurez-nous, vous ne jouez pas un rôle ?!

Si bien sûr !! Plus sérieusement je pense qu’il ne faut jamais perdre son humilité ou son authenticité, je crois que c’est la meilleure façon d’être malheureux alors je ferai toujours attention à ce que ce ne soit pas le cas.] A enlever si pas de place





Vous êtes plus pop que complètement rock, mais il y a quelque chose en vous qui nous met sur la voie de PJ Harvey. Voix grave, guitare électrique, écriture brute et poétique à la fois, emprunte de spleen… Va-t-on trop loin ?! Comme chez elle, avez-vous un côté caméléon ?

Où que vous alliez je vous suis car je suis une très grande admiratrice de Pj Harvey ! Caméléon je ne sais pas mais j’aime m’autoriser la diversité. Je suis inspirée par beaucoup de choses différentes, beaucoup de rock, de chanson française et des choses plus pop en effet, et je pense que mes chansons sont teintées par tous ces univers là.


La scène pour vous… Une partie de plaisir ou une séance de stress ?

Un plaisir immense et indescriptible mais beaucoup de trac et d’appréhension. Nous parlions tout à l’heure d’authenticité, je crois que c’est impossible d’interpréter des chansons sincèrement et de ne pas être un peu chamboulé par cet exercice qui a quelque chose de l’exhibitionnisme.



www.difymusic.com/clara-luciani

Photographies © Manuel Obadia Wiss

musique
  • Création : 23/11/2018
  • Mise à jour : 23/11/2018

Clara Luciani « mon album ressemble à la vie »

Voix grave, textes ciselés et mélodies chamarrées, Clara Luciani est un nouveau et précieux visage de la chanson française. Avec un seul album, Sainte-Victoire, cette ex du groupe ...

musique - 23.11.2018

BD en musée

Les 1er & 2 décembre 2018, le festival Angers BD met une cinquantaine d’auteurs et illustrateurs de ...

festival - 23.11.2018

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus