« Couleurs de l’incendie » - Pierre Lemaître entretient la flamme

C’est l’un des événements de cette rentrée littéraire de janvier. Un peu plus de quatre ans après la sortie d’Au Revoir Là-Haut – couronné justement du prix Goncourt – Pierre Lemaître signe, avec Couleurs de l’incendie, la suite de la saga Péricourt, le nom de la gueule cassée et héros magnifique du premier opus.





Et si l’on parle ici de saga, c’est qu’il y a dans le verbe et le sens du récit de l’écrivain un souffle romanesque tout droit hérité du XIXe siècle. Lemaître est un récidiviste, dont on goûte les délits écrits avec appétit. Il y a du Dumas là-dedans, l’ambition d’épouser des personnages autant qu’une époque.

Au Revoir là-haut, dont le récit campe le parcours de deux des rescapés du plus grand carnage du XXe siècle, avait laissé le lecteur suspendu aux destins contraires d’Henri d’Aulnay Pradelle, Albert Maillard et Edouard Péricourt. Les couleurs de l’incendie s’ouvre sur une scène mémorable : les obsèques du banquier et homme d’affaires Marcel Péricourt – père d’Edouard – au cœur des années 20, dans cet entre-deux guerres qui verra naître et mourir les espoirs économiques en même temps que monter le nationalisme à travers toute l’Europe.

Un enterrement en grandes pompes, jusqu’au geste incompréhensible de son petit-fils. Le décor est planté et voit Madeleine – fille de Marcel et sœur d’Edouard – prendre en main la destinée de l’empire familial. Une destinée empêchée par le machisme d’alors et les ambitions de l’entourage de Madeleine.





Chronique d’une famille, d’une époque, Couleurs de l’incendie confirme s’il en était encore besoin les talents de conteur de Pierre Lemaître. C’est fluide, drôle – avec des passages sur la presse ou la politique d’une étonnante actualité –, instructif.

Longtemps reconnu pour ses romans policiers – son personnage de Verhoeven vient d’être joliment adapté en BD (éditions Rue de Sèvre) – l’écrivain devenu médiatique prouve une nouvelle fois que la qualité littéraire n’est pas une histoire de genre, mais de style. Marcus Malte (inoubliable Le garçon), Caryl Férey, Jean-Bernard Pouy, Antoine Chainas… ils sont nombreux à porter haut le verbe français… et nous à être les sujets de leur fertile imagination.

S.R.


Couleurs de l’incendie de Pierre Lemaître, publié chez Albin Michel
LIRE UN EXTRAIT

littérature
  • Création : 30/1/2018
  • Mise à jour : 31/1/2018

Ça Chauffe, 10 ans et plus que vivant !

En 10 ans, le festival Ça Chauffe a amassé des chiffres impressionnants : près de 20 000 spectateurs pour 242 représentations, le tout en une semaine, chaque année à Mûrs-Érigné. La...

festival - 28.2.2018

Jazz Day

Un lundi en boîte de nuit ! Lundi 30 avril, courrez au Boléro à Angers pour danser ! Pas sur les derniers...

musique - 16.4.2018

Pourquoi nous soutenir

Voilà plus de douze ans que nous guidons les curieux vers les spectacles et découvertes du Maine-et-Loire...

autres - 19.4.2018

Stadium, des supporters et une ovation

Les 21 & 22 septembre, Le Quai présentait Stadium, une proposition originale du metteur en scène Mohamed El Khatib. Pour le Scéno, ...

théâtre - 19.10.2017

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus