Bashir Lazhar où l'école de l'Humanité

Une table d’écolier en bois et son casier en dessous. Juste au milieu de la scène.
Des spots à hauteur d’homme, ils donnent aussi le périmètre.

Bashir Lazhar, dans sa veste en velours étriquée, ne sait comment aborder les têtes blondes présentes devant lui… il est pourtant leur nouvel instituteur et remplace Martine Lachance.
« Vous êtes en CM2 ? Ah ! Et on a quel âge en CM2 ? »
Il fait l’appel et les premières formalités ; Bashir est intimidé, intrigué et stressé.
On ne sait pas si c’est à cause du contexte lourd – Martine Lachance s’est suicidée à l’école et les élèves sont suivis par une psychologue – s’il débute ou s’il y est contraint d’être là.
Quand on l’écoute lire le texte choisi pour la dictée, on comprend.

Qui est alors Bashir Lazhar ? Si ce n’est un homme qui feint d’être instituteur ?

C’est de cette manière que le spectateur est immergé dans ce seul en scène, se baladant entre les escaliers de l’école, le bureau de la directrice et les flash-back d’Algérie. Ce sont en effet les bribes du passé qui nous permettent de reconstituer le trajet de vie de cet instituteur attachant.

Il donne la classe, mais peu à peu, on accède à son intimité, à ses réflexions et aux clés qui permettent de comprendre d’où il vient et quels sont les événements tragiques qui l’ont mené au Canada”, raconte Evelyne de la Chenelière.

Il serait dommage de tout dévoiler… tout dévoiler de cet homme simple, cet anti-héros, cet homme ordinaire qui se fait porte parole, ici, devant nous, d’une époque fragile et de choix difficiles… pour défendre sa famille, son humilité. « Je ne veux pas que ma famille serve de leçon à l’Humanité ».

L’angevin Thomas Drelon, dans ce décor minimaliste – où sons et précisions nous guident vers ses univers – endosse à la perfection les sensibilités de Bashir, ce monsieur-tout-le-monde qui est obligé de subir des situations « pas très confortables », et essaie de garder la tête haute, dans son combat et celui de nombreuses victimes.

théâtre
  • Création : 21/11/2016
  • Mise à jour : 22/11/2016

Rétropédalage !! Regard arrière sur Premiers Plans

Le festival Premiers Plans s’est déroulé à Angers du 17 au 26 janvier 2020. Zélie Gomez est allée à la rencontre des réalisateurs français de premiers courts-métrages. Pour le magazine...

cinéma - 10.2.2020

Glauque, « faire passer une émotion »

Glauque est une petite bombe belge qui déferle lentement mais sûrement sur la sphère hip hop, brouillant les genres convenus et les pistes électroniques pour tendre vers l’hybride. ...

musique - 4.12.2019

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus