Le petit monde de Coline Linder

Musicienne et multi-instrumentiste, Coline Linder collectionne les projets et collaborations. Et quand elle ne fait pas de musique, elle dessine, peint… Rencontre.


Coline Linder a trouvé sa place en Anjou

Coline Linder, originaire de Strasbourg, a débarqué dans la région angevine il y a une douzaine d’années. Depuis, elle a trouvé sa place dans la sphère musicale locale. Violoniste de formation, Coline cumule les collaborations. « Des histoires de rencontres » fait-elle remarquer. Avec comme point commun, la Fontaine du Mont, cette résidence artistique située à Mûrs-Érigné. « Il existe une véritable émulation dans ce lieu, c’est un lieu de travail très chaleureux, dans une ambiance familiale » reconnaît la jeune femme. Amoureuse des mots, de Rimbaud à Barbara, elle avoue l’influence des textes et de l’univers de Lo’Jo.





Coline Linder, d’abord des projets musicaux

En quelques années, elle a su mener à bien de multiples projets comme celui qu’elle a fondé avec Oriane Lacaille : Titi Zaro, un duo devenu quatuor en 2015. Après un premier album, elles viennent d’enregistrer un EP 3 titres, qui sortira en vinyle d’ici quelques mois : « Nous préparons notre nouveau spectacle, Gorgones, qui se jouera dès l’automne prochain. »

L’année dernière, on l’a vu aussi sur scène avec Grise Cornac, pour qui elle a fait les arrangements des cordes. « Une aventure qui me tenait à cœur ! » On pourrait aussi parler de son duo avec Yves-Henry Guillonnet, Elle et l’Ouïe, ou encore de son engagement dans La Tribu des femmes, le groupe de Denis Péan (Lo’Jo). Des croisements qui se font par amitié. Pas de concurrence entre toutes ces personnes, plutôt l’envie de travailler ensemble : « C’est un mélange d’univers, avec des approches différentes. »





Coline Linder, d’autres projets tous azimuts

Mais Coline a d’autres cordes à son arc : Elle dessine, peint et s’adonne au graphisme dans un style singulier. « C’est une activité qui me permet d’exprimer ce que je ne peux faire avec la musique. Mes textes sont plus graves, plus métaphoriques alors que dans mon dessin, il y a plus d’humour, de légèreté » reconnaît la jeune femme. L’artiste a signé la pochette et le livret du dernier opus du musicien réunionnais René Lacaille.

Dernièrement, Coline a également participé à une aventure éditoriale de toute beauté « Histoires de papier* » : un ouvrage collectif où elle illustre les poèmes écrits par plusieurs auteurs. « Ma musique et mes dessins sont en lien avec ce que je vis, avec le monde qui m’entoure. »





Coline Linder, un sourire qui cache bien des combats

Derrière son large sourire et ses éclats de rire singuliers, on la sent habitée par un sentiment de révolte et d’injustice contre les maux qui ébranlent notre société actuelle. « Cette colère, j’essaye de l’amener de manière poétique plus que politique. C’est ma façon de m’engager. » Sûr que vous la croiserez au hasard d’un concert, ici ou là.

JM Delage

musique
  • Création : 9/2/2016
  • Mise à jour : 18/2/2016

Clara Luciani « mon album ressemble à la vie »

Voix grave, textes ciselés et mélodies chamarrées, Clara Luciani est un nouveau et précieux visage de la chanson française. Avec un seul album, Sainte-Victoire, cette ex du groupe ...

musique - 23.11.2018

BD en musée

Les 1er & 2 décembre 2018, le festival Angers BD met une cinquantaine d’auteurs et illustrateurs de ...

festival - 23.11.2018

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus