Les masques cachent autant qu'ils dévoilent

Les masques cachent autant qu’ils dévoilent est une création scolaire, réalisée par des enfants d’école élémentaire à Chalonnes-sur-Loire. Coup d’oeil sur ce projet très abouti.


Il n’est pas habituel de faire une critique sur un spectacle dit « scolaire ». Mais il n’est pas habituel non plus de voir un spectacle dit « scolaire » avec une musique originale spécialement composée pour des élèves de CM2.

Un soir de semaine, au cinéma de Chalonnes, en avril, des enfants, des parents attendent l’ouverture des portes. Un film ferait-il l’attraction ? Que nenni ! Ils sont tous là pour Les masques cachent autant qu’ils dévoilent, spectacle élaboré par les élèves de CM2 de l’école publique Joubert à partir des ateliers « des masques et vous » animés par Véronique Martin-Crasnier, sur une musique originale de François Pourchasse.



Ne vous fiez pas à l’appellation

Parlez d’un spectacle scolaire et tout de suite jaillissent des idées préconçues : sur le type de prestation que l’on va voir, sur sa qualité et sur son intérêt tout simplement. Et par voie de conséquence, souvent le public est constitué en majorité par la famille des enfants.

Pour ce dernier point, c’était le cas ! Ambiance familiale au sens strict du terme ! Tant pis pour les autres ! Tous ceux qui n’ont pas eu la chance d’assister à ce moment de grâce.



La recette d’un succès

Cette intitulée « des masques et vous » a donné un résultat pour fin gourmet  :

Tout d’abord, prenez deux classes de CM2 avec leurs instituteurs, ajoutez une intervenante extérieure spécialisée dans les ateliers de réalisation de masques, nommée Véronique Martin-Crasnier.

Mélangez les deux pendant plusieurs mois, l’idéal étant de commencer dès septembre pour finaliser en avril.

À la fin de cette première étape, vous obtenez autant de masques originaux que d’élèves. Chacun ayant confectionné le sien. Sans consigne pour une classe, avec unique consigne de faire un lien avec l’Afrique pour l’autre classe.

Ensuite, travaillez le lien masque-enfant. Qui se cache ? Qui se dévoile ? Vaste question ! Peut-être sans réponse.

Ajoutez y une bonne rasade d’expression corporelle puis préchauffez en y ajoutant un observateur, compositeur musical. Cette phase particulièrement délicate nécessite une attention particulière pour qu’il extraie la substantifique moelle de chaque couple masque-enfant et la retranscrive en notes musicales adéquates !

Infusez. Vous obtenez une succession de saynètes qui s’enchainent fluidement, improvisée par des élèves masqués qui expriment chacun ce qu’il veulent. Le tout sur des musiques spécifiques à chaque saynète.

Savourez !

Digestion assurée tant par l’homogénéité, la qualité, la légèreté et le bonheur exprimés avec grâce ou gravité… Toujours dans la subtilité :  une réussite !



Une composition musicale originale

Il faut le dire, ce n’est pas juste une bande son que François Pourchasse a réalisée. Il a composé une œuvre de 17 morceaux, qui habillent en haute couture les œuvres des élèves. « J’ai observé chaque enfant avec son masque, ce qu’il exprimait, ce qui s’en dégageait, et j’ai composé les musiques qui me semblaient y correspondre » dira-t-il en préambule.

Les élèves masqués ont épousé la musique, transcendés par une composition musicale à la hauteur de leurs rêves ou du moins de leurs expressions. « Une musique pour nous, une musique unique » et je rajouterais, une musique d’excellente qualité !


De la musique aux masques

L’improvisation annoncée pour cette présentation musicale des masques était elle aussi réussie. Des jeux de scène, des passages de relais, des petits gestes qui font le « plus » qui nous surprend.

Dans la salle, où les enfants étaient légions, l’attention était à son comble. Pas un bruit aux moments plus intimes, et applaudissement rythmés quand la scène s’y prêtait. Visiblement la scène s’y prêtait.


Une opération scolaire réussie

La magie a opéré, le public essentiellement composé de parents, frères et sœurs s’est laissé surprendre, s’est laissé entraîner, reprenant les rythmes à la demande de jeunes libérés derrière leurs masque ! Une qualité artistique rare, qui n’avait franchement rien à envier à beaucoup de spectacles dits professionnels.

Anne Bourgeais

musique
  • Création : 28/4/2014
  • Mise à jour : 28/4/2014

Clara Luciani « mon album ressemble à la vie »

Voix grave, textes ciselés et mélodies chamarrées, Clara Luciani est un nouveau et précieux visage de la chanson française. Avec un seul album, Sainte-Victoire, cette ex du groupe ...

musique - 23.11.2018

BD en musée

Les 1er & 2 décembre 2018, le festival Angers BD met une cinquantaine d’auteurs et illustrateurs de ...

festival - 23.11.2018

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus