Titi Zaro : Une rencontre sensible et sincère

Depuis 2006, Coline Linder et Oriane Lacaille arpentent les scènes hexagonales sous le nom de Titi Zaro. Fortes de leurs premières parties et projets connexes, les deux musiciennes angevines se sont forgées une solide réputation. Poème de Zoréol, leur premier album, conjugue chant, rythmes traditionnels et instruments du monde, au service de textes poétiques et sensuels.


Titi Zaro, c’est une rencontre artistique évidente, autant qu’un concours de circonstances. Coline Linder grandit dans une famille d’artistes où elle débute par des études classiques de violon, tout en dessinant et écrivant. Au fil des années, elle se met à la guitare, au ukulélé ou à la scie musicale, toujours en autodidacte. Baignée dans les enceintes, Oriane Lacaille l’est aussi. Son père, l’accordéoniste réunionnais René Lacaille l’initie aux percussions et au chant. Elle s’essaye même au hautbois, mais abandonne pour tourner en famille. Toutes deux ont déjà en commun de vivre la musique, le dessin ou l’écriture comme acte ordinaire et nécessaire.





En 2006, lors d’un concert du Lo’Jo trio à Paris, elles sont invitées à partager la scène avec Denis Péan, proche parent et compère de scène de Coline, et ami de longue date des Lacaille. La rencontre se fait, et par une suite de coïncidences, se concrétise peu de temps après lorsque Coline invite Oriane à la rejoindre sur une scène parisienne. Elles se trouvent tout naturellement et composent Mamy Water (dernier titre de l’album), posant en seulement trois jours les prémices de Titi Zaro. Un nom, sorti des songes de Coline, qui s’impose tel un son familier. Et les voilà trois mois plus tard sur leur première scène, le regard dans la même direction.





Leurs différences les unissent. L’une s’attarde sur les textes, l’autre accroche sur la rythmique. Elles se nourrissent de cette complémentarité pour composer un son très personnel. En sept ans, le duo a mûri ses mélodies, tout en continuant à se produire dans d’autres projets : Coline avec Léoparleur ou les Sélènes ; Oriane avec la Cie des Musique à Ouïr ou Jerem. Elles sortent aujourd’hui leur premier album, Poème de Zoréol, entre chanson et blues réunionnais. L’occasion de se lover dans une fusion charnelle de mots et de sons venus d’ailleurs, de chanson et de rythmes, de mélancolie et de gaieté.


Plus d’infos :

Photo : Nadia El Mourid


musique

Reportages associés

Le petit monde de Coline Linder

Musicienne et multi-instrumentiste, Coline Linder collectionne les projets et collaborations. Et quand elle ne fait pas de musique, elle dessine, peint… Rencontre

  • Création : 8/10/2013
  • Mise à jour : 8/10/2013

loto

Le club “les joyeux Demezous” organise son loto traditionnel à la salle des fêtes de Domaize le dimanche 6 octobre à 14 heures. Parmi les nombreux lots proposés: un voyage d’une journée...

autres - 29.9.2019

Les Gardes pompes ouvrent leur porte

Retrouvez une magnifique collection de véhicules anciens de sapeurs-pompiers le 21 et le 22 septembre à l’occasion des journées européennes...

exposition - 21.8.2019

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus