Partager
Tweeter

Pour rire pour passer le temps | Cie Rosilux

Pour rire Pour passer le temps de Sylvain Levey est une petite forme théâtrale acérée, absurde mais obscurément drôle.

Au pied d’un mur, quatre personnages “jouent “ à la torture: deux bourreaux, une victime, un complice.
La pièce met en lumière les rapports de force qui peuvent s’établir dans un groupe d’hommes. Poussant à l’extrême le rapport dominant – dominé, il nous en propose une radiographie. Qu’est-ce qui pousse un homme à frapper, un à encaisser et les autres à encourager ou réglementer ? Ici, chaque réplique est un coup et ça va vite. Et trop vite, la situation se dégrade jusqu’au geste final.

Au-delà de la violence physique, en décortiquant les rapports de force, on observe alors toute une multiplicité de violences plus subtiles qui nous permettent de comprendre un peu mieux ce qui joue fondamentalement. Quel est le cadre permettant cette répartition précise des rôles ( bourreaux – victimes ) ? Quels sont les enjeux de cette détermination ? Et jusqu’où peut aller l’acceptation de cet état de fait ?

En construisant en étage ces rapports de domination, Sylvain Levey bouge subtilement ses pions, faisant apparaître le bourreau et les motivations de sa tyrannie à la lumière de différents enjeux.

Répétition du 21 au 25 septembre 2020

Pour rire Pour passer le temps de Sylvain Levey est une petite forme théâtrale acérée, absurde mais obscurément drôle.

Au pied d’un mur, quatre personnages “jouent “ à la torture: deux bourreaux, une victime, un complice.
La pièce met en lumière les rapports de force qui peuvent s’établir dans un groupe d’hommes. Poussant à l’extrême le rapport dominant – dominé, il nous en propose une radiographie. Qu’est-ce qui pousse un homme à frapper, un à encaisser et les autres à encourager ou réglementer ? Ici, chaque réplique est un coup et ça va vite. Et trop vite, la situation se dégrade jusqu’au geste final.

Au-delà de la violence physique, en décortiquant les rapports de force, on observe alors toute une multiplicité de violences plus subtiles qui nous permettent de comprendre un peu mieux ce qui joue fondamentalement. Quel est le cadre permettant cette répartition précise des rôles ( bourreaux – victimes ) ? Quels sont les enjeux de cette détermination ? Et jusqu’où peut aller l’acceptation de cet état de fait ?

En construisant en étage ces rapports de domination, Sylvain Levey bouge subtilement ses pions, faisant apparaître le bourreau et les motivations de sa tyrannie à la lumière de différents enjeux.

Répétition du 21 au 25 septembre 2020

LAUREAT CRENEAU BLANC 2020

0241438409
Gratuit
  • Création : 23/9/2020
  • Mise à jour : 23/9/2020
L'agenda vous suggère

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus