Partager
Tweeter

Médée - Soirée d'ouverture du Festival de la création universitaire

Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin ou ‘Médée ! Je vais l’être !’
d’après les textes d’Euripide, Jean de la Péruse, Heiner Müller, Jean-René Lemoine, Henri Meschonnic et Roland Barthes
Écriture et mise en scène : Angèle Colas et Claudia Roussel-Ortega
Compagnie Crier Gare | Ecole Auvray-Nauroy (Paris)

Prix du public du Festival Nanterre sur Scène 2017
Théâtre | Tragi-comédie

Pauvre con. Jason pauvre con. Jason pauvre con ! Jason pauvre con ! Une femme à une table, seule, qui attend. Elle attend quelqu’un. Elle attend Jason, évidemment. Jason l’éternel coureur. Jason le semeur d’étoiles. Jason pour qui elle a tout abandonné. Il ne devrait plus tarder. Il doit la retrouver. Jason pauvre con. Ils ont à parler. De leur divorce, de la garde des enfants, de leur histoire d’amour. De cet amour qui aurait dû être éternel. Te souviens-tu Jason ? De son départ avec Créuse. Il faut qu’il vienne maintenant. Jason pauvre con ! Maintenant ! Ta chère Médée t’attend. Elle est là depuis des années, des siècles. Elle n’a pas bougé. Attentive. Alerte. Le front aux vitres, comme font les veilleurs de chagrin. Elle espère. Ciel dont j’ai dépassé la nuit. Elle désespère. Elle chante. Et je ne sais plus tant je t’aime, lequel de nous deux est absent. Et le temps passe. Un pur moment d’angoisse. Jason, pauvre con. Salut à toi la princesse déchue, oubliée dans sa tour. Salut Ariane abandonnée de Thésée. Salut Dalida, le jour et la nuit continuent de passer et l’oiseau est mort dans son nid. Médée est comme vous maintenant. Abandonnée. Et pourtant l’espoir perdure. Il va bien finir par venir. Et elle continue d’espérer, car finalement « attendre est la seule manière de ne pas mourir ».

Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin met en scène le monologue d’une épouse abandonnée en s’inspirant très librement des nombreuses figures et réécritures du mythe de Médée. Par ce spectacle, la compagnie Crier Gare cherche à interroger la condition féminine en remettant en question la posture d’attente amoureuse et de passivité dans laquelle la femme est souvent représentée. Le spectacle brosse le portrait d’une femme en prise avec ses contradictions entre émancipation et dépendance, qui cherche la voie de la libération et de l’affirmation.

T400 – Le Quai-CDN
55 minutes | Tout public
Réservation pour la soirée d’ouverture via la billetterie du Quai – CDN au 02 41 22 20 20 et sur place, du mardi au vendredi de 13h à 19h et le samedi de 15h à 18h.
Retrait des billets possibles dès 18h15.
Les places réservées doivent être retirées au plus tard 15 minutes avant le début du spectacle (passé ce délai, la réservation sera annulée).

festival
02 41 22 20 20
gratuit
  • Création : 16/3/2018
  • Mise à jour : 16/3/2018
L'agenda vous suggère

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus