Partager
Tweeter

Cyrano

Edmond Rostand / Lazare Herson-Macarel

Après avoir mis en scène _Falstafe _de Novarina au Quai en 2014, Lazare Herson-Macarel, membre lumineux du Nouveau Théâtre Populaire, propose une nouvelle fête théâtrale. Dix acteurs, deux mille vers, cinquante personnages. Cyrano est une immense pièce de troupe, un matériau à l’image des ambitions scéniques de la compagnie La jeunesse aimable : intrépide et bouillonnant !

_Cyrano _est l’une des pièces les plus populaires du théâtre français. Qualifiée de comédie héroïque par son auteur, Edmond Rostand, elle est aussi drame romantique, tragédie et farce. Librement inspirée de la vie et de l’œuvre de l’écrivain libertin Savinien de Cyrano de Bergerac, l’auteur a fait de son personnage Cyrano, une des plus grandes figures théâtrales. Cyrano n’inspire rien de moins que le désir d’insurrection pour un monde meilleur et le refus des compromissions, des paresses intellectuelles et des résignations. Eddie Chignara est Cyrano. Avec panache et poésie, seul contre tous, Il se bat et force l’admiration, celle de Roxane, sa cousine, dont il est amoureux. Tout comme l’est le jeune et beau Christian quand Cyrano, affligé d’un nez proéminent, est laid. Les deux hommes, que le destin fera amis, s’allient dans un stratagème où les mots de l’un prononcés par l’autre remplissent bientôt leur office : Roxane s’éprend de Christian. Ce dernier ne supportant plus de ne pas être aimé pour lui-même, demande à Cyrano de tout avouer à Roxane, avant de mourir au combat. Cyrano choisit de se taire. Dix acteurs, deux musiciens, une table : la mise en scène d’Herson-Macarel fait le pari d’une épure radicale, refusant à la fois la reconstitution historique et la transposition formelle. Le spectacle nous convie à une lecture politique profonde, sans concessions et particulièrement fougueuse. Accompagnés par un duo de musiciens
baroques, les comédiens font entendre avec frénésie toute la vivacité des alexandrins de Rostand.

« Cyrano est grand, Cyrano est sublime, non dans l’absolu, mais en ce qu’il surmonte ou plutôt en ce que, jusqu’à la fin, il s’évertue de toutes ses forces et en vain à surmonter les limites que lui impose son humanité misérable. Cyrano de Bergerac est un conte, mais arraché à la souffrance, à la matière, par la force d’un orgueil immense, déraisonnable, humain. »
Emmanuel Bourdieu

Durée : 2H30
Mercredi 21 février : rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation

En écho à _Cyrano _:
FabriQue #18
Viv®e les mots? L’éloquence : Parlons-en!

Spectacle en audiodescription le mercredi 21 février

© Baptiste Lobjoy

02 41 22 20 20
de 5€ à 25€
  • Création : 18/1/2018
  • Mise à jour : 18/1/2018
L'agenda vous suggère

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus