Selah Sue, le blues de l'été

Avec la collaboration de Robin Hannibal, le producteur de Kendrick Lamar, Selah Sue mène à merveille sa carrière de chanteuse Pop. Entre la fête de la musique et son emploi du temps hyper chargé de l’été, nous avons rencontré la chanteuse, ravie de réussir enfin à s’accommoder de sa tristesse et de sa célébrité.


Nouvelle égérie du « mainstream » de ces cinq dernières années, celle qui fait chavirer la génération des 20-35 ans revient cette année avec un nouvel album aux multiples inspirations, encore blindé de tubes : Reason . Un opus aux multiples inspirations, de Massive Attack au hip hop… L’occasion d’explorer les facettes et la chanteuse et son été !


Tu affirmes vouloir « danser avec la mélancolie » et ne plus pouvoir l’ignorer, elle semble à présent imprégner complètement tes morceaux. N’est-elle pas finalement devenue une force ?

Oui bien sûr, cela fait partie de ma vie et je trouve génial de pouvoir faire quelque chose avec ça, que je puisse le chanter, en parler, dire au monde que ce n’est pas grave d’être triste. Ma tristesse est devenue une force à présent parce que je peux atteindre des gens grâce à elle.





Comment gères-tu le fait de travailler avec autant de producteurs différents, leurs approches ne doivent pas du tout être les mêmes ?

Je ne savais pas vraiment avec qui je voulais travailler ; j’ai donc testé avec plusieurs personnes. Aujourd’hui, je le regrette un peu ; je ne le referai jamais parce que c’est très dur de garder plusieurs approches et « vibes » différentes. C’est très difficile de donner un seul et unique son à un album. Mais c’était également intéressant parce que maintenant je sais un peu davantage avec quel genre d’artistes et producteurs je veux travailler à l’avenir.


Contrairement à beaucoup d’artistes qui ont un ancrage musical identitaire prononcé, tu jongles avec plusieurs styles sur ton dernier album. C’était une prise de risque ?

D’une certaine façon, cela peut être un risque parce que certaines personnes peuvent ne pas le comprendre. D’un autre côté, c’est tout simplement ce que je devais faire, parce que j’aime énormément de styles musicaux. Si je n’avais fait que de la soul ou du hip hop, cela aurait été ennuyeux ; c’est pourquoi j’ai travaillé sur plusieurs styles.





Tu dis que Together est ton premier morceau d’amour. Tu ne ressens pas le besoin d’en parler ?

Je n’en ai pas parlé sur mon premier album parce que j’étais dans un période très difficile et je n’étais pas ouverte pour une relation avec quelqu’un. Mais pour mon deuxième album, j’ai trouvé l’amour et c’est quelque chose de tellement beau, sans être dans le cliché, que je me devais d’écrire quelque chose dessus.


Certains de tes morceaux sont remixés, tu n’y vois pas d’inconvénients ?

Non je trouve ça cool. Ça ouvre ma musique au genre électronique même si certains remix sont vraiment nuls. Mais après c’est ma responsabilité, même si ce n’est pas moi qui les ais fait, et je suis moins perfectionniste quand il s’agit de remix.





Tu as dis que le succès n’avait rien changé pour toi, n’est-ce pas finalement une bonne chose ? La célébrité étant un jeu très dangereux…

Il faut avoir la bonne personnalité pour gérer la célébrité. C’est très dangereux d’avoir les projecteurs sur soi si tu es instable ou tout simplement très jeune. Mais à partir du moment où tu as beaucoup de gens autour de toi, ta famille ou tes amis et que tu sais qui tu es, cela peut fonctionner. Je sais ce qui est important, j’ai ma famille avec moi et je ne pense pas que le succès aura raison de moi. Il ne faut pas prendre le succès trop au sérieux finalement.


Tu as étudié la psychologie, cela te sert-il actuellement dans tes relations humaines ?

Je pense que tu apprends davantage la psychologie en grandissant, en vieillissant, par l’expérience de la vie, par la rencontre de gens plutôt que par les livres. Je pense que tu n’as pas besoin d’étudier la psychologie pour devenir plus intelligent mais c’est quelque chose qui m’a beaucoup intéressée afin de comprendre l’esprit, les relations humaines et c’est pourquoi j’ai décidé de l’étudier. Mais ce n’est pas pour ça que je m’entends mieux avec les gens, tu apprends ce genre de chose en avançant dans la vie.





Tu te déplaces beaucoup dans le monde pour ta musique, as-tu pu voyager dans un autre cadre ?

Oui, j’ai pu me prendre deux ou trois semaines de vacances pour voyager. Je suis allée en Thaïlande en janvier pour trois semaines et c’était seulement pour me reposer et m’amuser. Mais je voyage parfois en tournée lorsqu’il arrive que l’on ait deux ou trois jours de repos pour visiter. J’ai ainsi pu découvrir des coins du monde vraiment beaux.


À quoi ressemble un été avec Selah Sue ?

Je vais faire beaucoup de festivals en juillet et en août, près de 14 je crois. Pendant mes jours de repos, je compte ne rien faire et prendre du temps pour moi. Je pense aller aux Etats-Unis en septembre, en Australie en octobre, et au Japon en janvier. Mais durant l’été, je ne sais pas exactement ce que je vais faire, je suis sûre que je vais être bien occupée.





Quels albums/artistes vont t’accompagner cet été ?

J’ai mon Spotify et j’écoute beaucoup de genres donc qu’il est difficile de me limiter à un seul album, j’aime énormément de morceaux dans plusieurs styles différents. J’aime beaucoup Jamie xx, je trouve son album « In Colour » incroyable, j’aime aussi énormément Flume. J’écoute aussi beaucoup de jazz, d’électro, de soul.


Quels artistes aimerais-tu croiser sur les festivals cet été ?

J’aimerais croiser des producteurs underground comme Flume ou Jamie xx comme je vous l’ai dit. Mais je ne veux pas juste rencontrer quelqu’un et parler : faisons de la musique ! Je ne suis pas très à l’aise et sociable donc cela ne m’intéresse pas trop de me retrouver avec eux en backstage.

Propos recueillis par Mona Gautier

musique
  • Création : 20/8/2016
  • Mise à jour : 22/8/2016

Mon plaisir Cinéma

Du 17 au 25 novembre, les habitants du quartier Monplaisir d’Angers vous concoctent un 1er festival ...

cinéma - 17.11.2017

Big Wool

facebook.com/bigwoolmusic...

musique - 25.9.2017

Stadium, des supporters et une ovation

Les 21 & 22 septembre, Le Quai présentait Stadium, une proposition originale du metteur en scène Mohamed El Khatib. Pour le Scéno, ...

théâtre - 19.10.2017

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus