Goël, goût folk

Mardi 24 mai, le café culturel angevin Le Gecko accueille Goël, un ancien Nantais devenu Parisien, un ancien métalleux devenu folkeux ! L’auteur-compositeur-interprète taquine la chanson depuis 2012 et y trace maintenant sa voie.





ZO, imaginez-vous, était un groupe de métal nantais. D’accord, il y avait des cheveux et des barbes, des riffs puissants et des rythmiques en béton, mais déjà chez ZO se faisait entendre une pâte mélodique bien distincte, et surtout une voix, loin des standards du genre, au service de textes rarement défendus dans cette frange musicale. Un album sorti en 2003, Les yeux qui dorment, avait laissé pas mal de pop-métalleux sur le cul, mais après quelques années de cavale, l’histoire s’était arrêtée là, au grand dam de pas mal de connaisseurs.





Alors, un dizaine d’années plus tard, lorsque l’on a retrouvé le nom de Gilles Grohan, notre cortex a fait tilt ! Les émotions sont revenues, comme avant ; la voix et les textes étaient là, bien vivants. Le trentenaire qui sévissait avec ZO s’est finalement transformé en Goël chantant. Exilé à Paris, Gilles Grohan a gardé le goût de la littérature et la guitare acoustique au coin du cœur, mais s’est forgé, avec Goël, une coquille folk à la française. Depuis ses premières maquettes en 2012 et quelques scènes pionnières en 2013, sa pop-folk poétique et ses mélodies lumineuses relaient avec subtilité des textes puissants, dépouillés et pourtant diablement accrocheurs.





Son premier EP 5 titres sorti à l’automne dernier, l’auteur-compositeur l’a pensé avec cordes, vibraphone et contrebasse arrangés au poil. Cinq musiciens l’accompagnaient dans l’aventure mais sur scène, le chanteur vagabonde souvent seul ou en trio, sortant la grande formation aux hasards des scènes. Il vogue là où s’écoute le hors format commercial, là où s’entend la passion et pas le pognon. Pourtant Goël a le potentiel pour taper dans l’enceinte des mordus de chanson française. La preuve, Le Limonaire ou la Péniche Antipode, hauts lieux parisiens, ont déjà fait jouer l’animal et quelques radios diffusent déjà ses mélodies sur transistors.





Chez Goël, il y a une envie rageuse autant qu’une retenue troublante ; une voix singulière, débridée qui fait planer une brise légère – mais non moins profonde – sur la chanson française. Ce chant haut perché, ce léger grain se mêlent parfaitement aux mélodies caressantes ou envolées ondoyantes. Tout dans ses chansons dégage chaleur et intimisme : de son Maquillage aux bulles éclatantes (vibraphone) à son Contorsionniste exalté, en passant par sa Dernière Douceur sautillante aux notes sensuelles ou sa bal(l)ade en Conque, Goël se déguste sur bandes et se savoure sur scène, l’esprit curieux, l’affect sensible.


Goël, c’est une petite perle musicale que l’on ne voie pas se faire engloutir par la marée tant son porteur fait preuve de singularité, dans sa voix et ses mots. Bon vent Goël, on est sûr qu’il te portera… loin.






http://goel.fr/musique
www.facebook.com/goel.musique/

Photos © Julien Mignot

musique
  • Création : 19/5/2016
  • Mise à jour : 19/5/2016

Se pauser avec ZUR

Les 22 & 23 septembre, le Groupe ZUR investit le Camping Les Babins à Bouzillé pour un nouvel In-Stantané...

spectacle - 22.9.2017

Groupe ZUR

Depuis 1984, le Groupe Zur (Zone Utopiquement Reconstitué) rassemble des individus qui prennent plaisir à inventer en groupe, considérant...

spectacle - 22.9.2017

Ateliers "Parole et Corps"

Le Collectif Platok propose un atelier “Parole et Corps” à la demande, tout au long de l’année 2017/2018...

théâtre - 14.6.2017

Demba Diabaté, le griot à rencontrer

Bien connu des acteurs culturels maliens, Demba Diabaté fait doucement entendre sa voix en Anjou. À l’occasion du festival Cinémas...

spectacle - 9.5.2017

Tout savoir sur sceno.fr

www.sceno.fr • AideEn savoir plus